Photographier un tournoi d’ultimate

Spread the love

Notre auteur invité du jour est Quentin Dupré Latour, fondateur et reporter principal de FOCUS Ultimate, bien connu pour ses photos d’ultimate. Appercevoir Quentin sur un tournoi avec son appareil présage un bel album à venir. Passionné depuis l’age de 10 ans, il a commencé à photographier l’ultimate en 2005. Activement impliqué auprès de TOKAY depuis le début de l’aventure, Quentin a gentiment accepté de partager avec nous quelques unes de ses techniques apprises lors de sa carrière de photographe.
« Photographier un tournoi d’ultimate » est un apperçu détaillé des stratégies et des aspects techniques qui peuvent être mis en place pour photographier un tournoi, accompagné de nombreux aspects généraux sur la photographie de l’ultimate.

Photographier un tournoi d’ultimate est assez différent de la couverture d’un seul match car celà ne s’arrête pas à retranscrire une seule histoire. Un tournoi comprend de nombreuses histoires qui se croisent tout au long du weekend et dont les évènements peuvent modifier l’importance de certains clichés. Il convient donc d’aborder ton tournoi d’une manière à la fois stratégique et technique pour retranscrire toutes les émotions ressenties tout au long du weekend et réaliser un album qui te semble complet.

La stratégie

Il faut commencer le week-end en ayant une idée précise de ce que tu cherches pour bâtir les contours de ton album. Pour démarrer, tu peux répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les types de clichés que je recherche?
  • Combien de photos je souhaite avoir ?
  • Qu’est-ce que j’ai envie de publier ?

Une fois que les contours de l’album forgés dans ta tête, tu peux aborder un plan d’action pour assurer rapidement des clichés « facile » qui assureront une première série de photos. Celà te retirera également la pression de devoir absolument réussir tes clichés, en ayant déjà un base. Fais un tour rapide des terrains, essaye de collecter rapidement quelques photos d’équipes, quelques morceaux de matchs en te déplaçant pour avoir un panel d’équipes et un peu de side-line… En seulement 2-3h tu devrais avoir entre 100 et 300 photos qui  te permettront d’assurer un album de qualité standard.

La deuxième partie du week-end est plus artistique : tu as fait le travail, désormais place à ton oeil pour faire la différence. Tout en continuant ta recherche de photos d’équipes, essaye de ressentir les émotions autour de toi pour les immortaliser, bouge, observe, ressent…. Il faut exprimer l’ambiance du tournoi et réussir à capter les émotions, si tu continues à photographier l’ordinaire, c’est pour te tenir prêt à capter l’extraordinaire et pouvoir jouer avec les variations de lumières qui ne tarderont pas à venir avec la fin de la première journée.

La deuxième journée, le matin offre toujours des conditions de lumières et températures un peu différentes. Essaye de te concentrer en dehors des terrains pour chercher des moments de vie. Avant de finir ton album, tu peux venir compléter tes photos prises la veilles en cherchant le bon équilibre entre photos de jeu et d’à côtés.  Il est également temps de finir les photos d’équipes. Enfin, vient le temps de la finale, c’est le moment clé pour toi, pas de place à l’erreur : assure tes clichés en début et fin de match, tu peux laisser plus de place à la créativité entre temps.

La technique

Réglages possibles pour le début du weekend :

PHOTOS D’EQUIPES
Vitesse : de 1/400 à 1/100
Ouverture : de 6 à 8

AUTRES PHOTOS
Vitesse : de 1/800 à 1/2000
Ouverture : de 4 à 5

Une fois que tu as assuré tes premières photos, PHOTOS DE MATCH
Vitesse : 1/4000
Ouverture : 2.8

QUEL MODE CHOISIR

Si l’amplitude d’ouverture varie en fonction de ton zoom :

Tu peux choisir un mode P, ou priorité à l’ouverture, pour avoir l’ouverture la plus grande possible si celle-ci n’est pas trop grande et que tu as besoin de gagner en vitesse ou en lumière. En revanche, si la lumière est suffisante, il peut-être intéressant de rester en mode manuel et de choisir une ouverture qui convienne à tous les zoom que tu utiliseras.

Si l’amplitude d’ouverture est fixe :

Reste en mode manuel sur un réglage qui convienne en fonction de la vitesse que tu veux obtenir.

S’il s’agit d’une photo statique :

Tu peux soit aller chercher la lumière souhaitée avec des réglages manuels, soit basculer sur de l’automatique sans flash pour te reposer et laisser l’appareil assurer la photo (bien pratique sur la photo d’équipe).

Autres éléments

POSITION SUR LE TERRAIN

Observe autour des terrains, tu verras beaucoup de photographes d’ultimate « camper » toujours au même endroit, et ça à même été mon cas. Tu verras également pas mal de photographes se positionner à coté les uns des autres : ne fais pas ça !

Il n’existe pas à proprement parler d’emplacement idéal pour la photographie d’ultimate, elle varie en fonction du jeu proposé, de la division, du niveau de jeu et même de la météo ! Te placer à coté d’un autre photographe vous place en concurrence directe alors que le terrain est grand et que tu pourras obtenir un autre angle ailleurs ! De plus, la photo que tu prendras n’aura pas le même rendu en fonction du réglage de ton boîtier et de ton objectif, tu risques donc de te retrouver hors-sujet à prendre la même photo… mais en moins bien !

Pour trouver ton positionnement,identifie :

A quelle distance est-ce que mes clichés sont bon ?

Inutile d’aller photographier quelque chose qui se déroule à l’autre bout du terrain si tu as un objectif 100mm. Prends un peu de temps pour y réfléchir, ça te permettra d’analyser le jeu.

Quelle est la direction du vent?

Paramètre essentiel du jeu, il va provoquer des photos différentes.

FACE AU VENT : Petit jeu, souvent forcé coup droit.

Dans ce cas, si tu cherches des photos de duel, place toi coté fermé pour les plongeons, et un peu aprés le milieu de terrain, coté ouvert pour les duels aériens avec les disques qui s’envolent.

DANS LE VENT : Jeu long, souvent forcé en coup droit.

Très souvent dans ce cas-là les équipes essayent de passer par dessus en coup droit ou lancent des longues en revers. Si le disque a tendance à partir en longue, mets-toi en fond de zone un peu de côté pour essayer d’attraper un plongeon. Si l’équipe est plus patiente, essaye d’aller te placer coté fermé pour les duels aériens.

VENT LATERAL : Jeu alterné, souvent forcé coup droit.

Dans cette situation la, le jeu va être écrasé sur une ligne de jeu, tu as deux options : soit aller chercher de l’agressivité, de la nervosité et des petits cuts avec contacts, soit prendre le large pour les duels spectaculaires sur des passes tremblotantes. J’ai un petit faible pour les premières alors que je cherchais plus les duels au début.

SANS VENT : C’est la fête sur le terrain et tout le monde sait lancer.

A toi de te placer en fonction de la situation sur le terrain, bouger avec les lignes et chercher les zones préférentielles de lancer des handlers les plus nerveux ou surs d’eux. Ce sont eux qui forceront leurs passent et provoqueront les belles actions et les duels.

LE NIVEAU DE JEU

Comment agir en fonction du niveau de jeu ?

On ne joue pas pareil en DR2 et en N1. Cependant, dans les deux cas les équipes n’ont aucune inhibition à utiliser tout le terrain. Les premiers par manque de discipline tactique ou technique, les seconds à cause des défenses resserrées qui les forcent à se servir de tout l’espace.

Ainsi plus tu monteras en niveau, plus il te faudra d’espace, mais moins tu serras surpris par le jeu. Reste attentif en DR, le jeu peut partir de n’importe ou alors qu’en nationale tu peux essayer d’anticiper le jeu et de lire la stratégie pour avoir un coup d’avance sur l’action.

LA DIVISION

Comment agir en fonction de la division ?

HOMME

Les garçons aiment la profondeur dans les cuts et les passes, beaucoup iront chercher des appels puissants et rapide. Si les conditions sont bonnes, ne colle pas la ligne, tu t’exposerais et risquerais de manquer de recul.

MIXTE

Dans cette catégorie, tout le monde s’accorde à dire que se sont les filles qui font la différence, surveille donc les garçons qui vont poacher en permanence et tenter de faire une défense sur une passe un peu tendre. Place-toi vers le centre du terrain pour être au plus près des duels à venir. Attention, beaucoup de longues également dans cette division !

FEMME

Les filles utilisent beaucoup la largeur du terrain, mais peu la profondeur… Trés souvent c’est donc sur les côtés des zones qu’il y aura le plus d’actions, place-toi donc coté terrains en entrée de zone pour avoir du duel !

JUNIORS

Les juniors n’ont pas d’inhibition, prends du champs, car ils sont sûrs de leur physique et n’hésitent pas à envoyer leurs coéquipiers au duel, le jeu se projettera rapidement vers l’avant, il convient donc de se rapprocher de la zone.

MASTER

Les masters aiment la possession de disque, mais n’aiment pas quand les points durent trop. Dans les premiers temps, focalise-toi sur les handlers, bien souvent ce seront les premiers qui montreront des signes de fatigue et qui enverront une longue passe pour abréger le point avant de se sentir faible. Glisse-toi donc vers la zone si le point traîne.

Quentin (5)

Les TOKAY ont été développées pour te permettre de courir plus vite, cutter plus fort et sauter plus haut que jamais. Grace a leur confort et a leur durabilité tu pourras faire ton meilleur match, sur tous les matchs.

En se basant sur les retours de la communauté, ainsi que sur notre propre expérience de l’Ultimate et de l’industrie de la chaussure, nous avons créé une chaussure polyvalente avec des crampons apportant agilité, controle, et joie pour tes petits petons. Et elle arrivent bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *