Tout ce que tu ne savais pas à propos de tes chaussures

Spread the love

Aujourd’hui la chaussure est devenue un bien courant, voire commun. Cependant, si on y regarde de plus près, on s’aperçoit qu’elles doivent remplir de nombreuses fonctions telles que : nous habiller, nous protéger (du temps, des chocs…), faire interface avec le sol, ainsi que des besoins plus spécifiques selon leur utilisation. Le tout en restant légères, confortables, solides…

Ça mériterait peut être un peu d’approfondissement….

Les besoins :

En soi, l’étude des besoins pour une chaussure est un énorme travail qui déterminera les aspects techniques et esthétiques du futur produit.

Pour l’ultimate, par exemple, les besoins techniques sont de résister aux tensions durant les cuts (principalement), assurer un bon grip avec le sol, sans gêner les autres mouvements, être respirable mais assez étanches pour les terrains mouillés… Pour identifier et prioriser ces fonctions, nous avons fait de l’analyse vidéo pendant les matches, puis en filmant des mouvements particuliers.

Certains éléments (tels que le poids ou le confort…) sont identifiés comme des éléments particuliers de performance et nous permettront de d’évaluer les différentes idées, pour n’en choisir qu’une.

Mais les chaussures sont également des éléments incontournables de la mode. Il serait illusoire de croire qu’une chaussure n’est choisie que pour ses éléments techniques… Les designers réalisent des tables de tendances pour orienter sur les aspects esthétiques.

Le dessin final de la chaussure est un fin mélange entre tous ces aspects pour choisir le look, la construction (voir ci-dessous), les matériaux, les couleurs… Tous ces éléments vont déterminer le prix. Les facteurs les plus influents à ce niveau sont : la complexité de la tige (voir ci-dessous, partie en tissus d’une chaussure), la qualité des matériaux, mais aussi le nombre de modèles et de tailles proposés.

Chaque marque développe ses prototypes en une taille. La production va ensuite modifier les dimensions proportionnellement pour développer les autres tailles. Chez TOKAY, les prototypes seront réalisés en taille 7.5 UK, ma taille 😉

La forme :

La forme est la pièce de plastique sur laquelle la chaussure sera montée, elle détermine en particulier sa forme intérieure.

Pour fabriquer la forme, le formier utilise une forme de pied standard, à laquelle il va ajouter ou retirer de la matière pour en arriver aux proportions désirées. Par exemple, pour apporter plus d’agilité avec la balle, les formes des chaussures de football ont tendance à être plus fines que la moyenne.

La forme dépend de nombreux paramètres :

La fabrication d’une forme est un subtil mélange d’art et de science et demande beaucoup d’expérience. Une fois que le moule en bois a été validé, il est scanné et une copie en plastique est réalisée pour la production.

La tige :

La tige est la partie en textile ou en cuir qui forme le chausson de la chaussure. Souvent réalisé dans un grand nombre de matériaux, sa confection peut nécessiter jusqu’à 70% du temps de travail sur un modèle.

Ces dernières années, avec la diminution du cout du travail en Asie, les marques ont eu tendance à augmenter la complexité de cette partie, en ajoutant un plus grand nombre de matériaux, et de plus en plus d’opérations (jette un œil à tes runnings et tu verras). En plus de l’impact environnemental dût à certains matériaux (comme le PVC), les formes complexes des pièces impliquent souvent beaucoup de gaspillage.

C’est aussi cette partie qui comprend les renforts, principalement au niveau du talon, qui permettent un bon maintien du pied.

Une fois le prototype validé, chaque pièce est dessinée en 2D dans la taille de référence, puis modifiées proportionnellement pour produire les autres tailles.

La semelle :

La semelle est l’investissement principal dans un projet de chausures puisqu’il implique des moules (en gros un bloc d’aluminium usiné) pour chaque taille. Son design est un des points important du projet.

La semelle est principalement en charge de l’interface entre le sol et le pied, et détermine l’accroche. Mais elle fournit également du maintien au pied. Par exemple une semelle rigide peut donner de bons résultats sur des courses rapides, une semelle plus fine peut etre utilisée pour l’agilité, alors qu’une semelle large sera préférée pour la stabilité.

Les accessoires :

Principalement les lacets et les semelles intérieures (appelées premières de propreté dans le jargon), ils ont un impact particulier sur la qualité finale du produit.

En particulier, les premières de propreté fournissent différentes fonctions telles que le confort, l’absorption des chocs ou le maintien du pied…

Conclusion

Pour faciliter le tout, toutes ces étapes sont interdépendantes… Heureusement que je ne savais pas en démarrant ce projet à quel point ça allait être compliqué !

Cet article est également une bonne opportunité pour remercier tous ceux qui ont pris le temps de m’expliquer tous ces détails, en particulier Patrick et Antoine qui ont accepté de me suivre dans ce projet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *